Oui, je sais bien, le soleil pointe les rayons bienfaisants depuis quelques jours, et ce n'est pas fait pour nous déplaire ! Mais moi je me surprends déjà à en vouloir plus, c'est que la nature est certes en éveil, et c'est une bonne chose. Ce que je guette ardemment : ce sont les bourgeons encore en sommeil (mais plus pour longtemps !), les tendres pousses qui sortent de terre par endroit. Je me surpends à fureter, le nez pointé vers la terre comme un sanglier, les jambes pliées, dans une démarche bizarre, je foule le sol, je gratte, je veille au grain.

Car bientôt, sortirons de terre des trésors tant attendus : l'ail des ours, la primevère, le lierre terrestre, les bourgeons de sapin (oui je sais, ils ne sortent pas de terre, mais ils "sortent" tout de mêmej), l'ortie, et bien d'autres encore. Mais ce que j'attends avec le plus d'impatience, c'est la fleur d'acacia au parfum de paradis. On évoquera les autres plantes et ce que j'en fais une autre fois.

Cette fleur d'acacias, arrivant à maturité dans ma région en mai (en fonction de la météo bien sûr), je me précipite, munie d'un panier en osier, pour effectuer ma cueillette. Pas toujours aisée la cueillette hein, mais je ne recule devant rien pour quelques grappes de fleurs d'acacias. Attention, pas de "dépouillage" d'arbre irraisonné, et là j'insiste ! Non, le prélèvement des hampes florales doit être parcimonieux, s'agit pas d'être trop gourmand (laissez-en aux abeilles par exemple ! Merci pour elles).

Mais que fait-elle avec ses fleurs d'acacias, me demandez-vous ? Je n'invente rien, la toile regorge de recettes liées à la fleur d'acacia, d'expériences heureuses, hasardeuses, oui, les idées et l'imagination ne manquent pas. Mais moi aussi j'ai voulu donner ma contribution, en jetant sur la toile mes recettes.

Cette 1ère recette est ultra simple, ne demandant qu'un peu de patience. Ensuite, ce n'est que du bonheur ! La voici :

Cueillir une vingtaines (ou plus) de hampes florales de fleurs d'acacias. Je recommande de ne pas tout prélever au même endroit, mais de papillonner d'un arbre à l'autre (en générale, une fois qu'on a trouvé son coin favori, on se rend compte qu'il n'y en a pas qu'un seul). Là est la tâche la plus agréable. Le vrai travail viendra par la suite. Oui, car une fois chez vous avec votre petit panier rempli de fleurs parfumées, que faire ? Eh bein va falloir actionner ses petits doigts agiles et prélever chaque pétale (la partie verte de la hampe ne s'utilise pas). Et là les amis, je vous le dis : ou vous faites comme moi et effectuez cette tâche seule. J'ai une patience de dingo pour ce genre de chose. Ou alors vous choisissez l'option "appel à des d'amis" qui se feront un plaisir de vous aider. Faudra leur expliquer que c'est pour préparer un merveilleux elixir que votre gosier appréciera grandement !

Une fois la tâche menée à bien, il suffit de vous munir de pots en verre à ouverture large et à fermeture hermétique, d'y jeter plus ou moins de poignées de pétales de fleur d'acacias. Y verser au choix : vin blanc (sec ou moins sec, c'est selon vos préférences), vivant en Alsace, j'utilise personnellement un pinot gris ou un "gewurtz". J'ai essayé l'an passé avec du rosé, c'est également très bon. Finir avec un peu de sucre, fermer, laisser macérer une dizaine de jours, en n'oubliant pas de remuer un peu tous les deux jours. Passé ce délai, filtrez, mettez en bouteille bien propre, stockez au frais et consommez  avec modération sous la tonnelle dès les beaux jours !

Quelques bouteilles de récup stérilisées...Le pot de macération

Enjoy !

Recette précise (pour ceux qui veulent des quantités) :

- 50 g de fleurs d'acacias

- 1 litre de vin blanc

- 1 verre d'eau de vie

- 1 cuil de miel d'acacias (ou de sucre)

Gauche