La crème de marron vanillée, c'est comme beaucoup d'autres choses : soit on n'aime pas du tout, soit on vendrait père et mère pour en avoir juste une cuillère. Moi je fais partie de la 2ème catégorie bien sûr. J'ai commencé petite avec les petits pots du commerce qui poussent le bouchon un peu loin (pour ceux qui se rappellent la pub, sans vouloir en faire... de la pub). Nan, parce que rien ne vaut -The Crème de Marrons- (oui je sais, ça se dit chestnut cream). Je disais donc, arrêtez de m'interrompre, rien ne vaut la crème de marrons faite maison, celle que vous pondez à force d'huile de coude (épluchage oblige), de patience, de transpiration. Car en effet, il faut bien le dire : c'est un travail de dingue !

Le plus agréable, c'est la découverte de ces petits trésors tout brillants et rondouillards en forêt. Ils sont offerts, là, comme ça. C'est ce qui m'est arrivé (ooooh pur bonheur, oui, il ne m'en faut pas plus !) cet automne. En ramasseuse de fruits, plantes, graines etc... que je suis, zut et re-zut, d'habitude, lors de mes balades, je n'oublie jamais de me munir des essentiels, à savoir : des contenants divers (sachets, sacs, boîtes plastique, bocaux), de gants, d'un couteau. Et là, je tombe par hasard (enfin presque) lors d'une randonnée en forêt, sur un sol jonché de petites châtaignes toutes mignonnes (car toutes petites). Oui mais je les mets dans quoi ? Je n'avais pas pris mes sacs et autres contenants ! Impossible de renoncer à ces petites choses. Tant pis, j'en ai bourré mon sac a dos contenant ma gourde et mon casse-croûte, lestant ainsi mon sac d'un poids assez conséquent, qui allais me faire pester tout le restant de la journée (surtout lorsque ça grimpe, aye aye aye ! J'ai souffert !).

La rando s'est déroulée tant bien que mal. Avec un sac à dos rempli de châtaignes, forcément ! Rendant la salade bien méritée au fond du sac quasi inaccessible, ce fut un combat pour la déloger ! Pour la gourde, ça allait, la sortir du sac fut relativement aisé, mais ce faisant, les châtaignes sont bien tombées au fond du sac, galère pour y remettre la gourde, bref.

Rentrée chez moi, je me suis empressée de les déposer amoureusement dans une petite cagette tapissée de papier journal, jusqu'à utilisation.

La préparation fut longue... très longue ! Eh oui, j'étais tombée sur de petits fruits. Mais ça vaut vraiment le coup lorsqu'on adore la crème de marrons comme moi.

Mode opératoire :

Incisez les châtaignes sur la partie bombée. Les faire précuire 5 min. dans l'eau bouillante. Celà ramolli la peau et vous permet de les éplucher. Laissez les dans l'eau chaude et n'en sortez que 2 ou 3 de la casserole au fur et à mesure que vous épluchez. En effet, une fois refroidies, il redevient difficile d'ôter la 1ère peau (la plus épaisse). Si vous n'avez pas réussi à enlever la 2ème peau, plus fine, remettez les châtaignes dans l'eau chaude et attendez que cette peau ramollisse et se détache presque toute seule. Ca c'est ma manière de procéder, sur la toile, j'en ai trouvé bien d'autres méthodes, mais je reviens toujours à celle-ci.

Voilà, vos fruits sont épluchés,j'y ai personnellement passé 7 heures, mais je le répète, elles étaient vraiment petites.

Il s'agit maintenant de les faire cuire jusqu'à ce que vous puissiez les écraser à la fourchette. Selon la quantité, la taille des châtaignes, le temps de cuisson est variable. Il faut en sortir une de l'eau de temps en temps, et vérifier la cuisson. C'est assez long en générale (40-45 min., voire plus).

Recette pour 1.5 kg de marrons épluchés et cuits :

- 600 g de sucre

- 2 gousses de vanille (1 seule ça va aussi)

- 1 petit verre d'eauUne fois la cuisson terminée, je passe mes châtaignes une première fois au moulin à légumes avec la grille à gros trous, puis je repasse la purée ainsi obtenue à la grille fine.Je place cette merveilleuse purée dans un faitout, j'y ajoute le sucre, la gousse de vanille (râclez les grains à l'intérieur de la gousse, mais j'y mets aussi la gousse elle-même, que j'ôte en fin de la cuisson bien sûr). Finir avec le verre d'eau.Entre parenthèse, la vanille n'est pas obligatoire. Pourquoi ne pas innover, en y ajoutant un trait de cointreau, ou du chocolat, il faut tester.
Je fais chauffer le tout à feu moyen et laisse glouglouter pas plus de 10 minutes.Mettez en pot stérilisés.Je prends personnellement plaisir à décorer mes pots (même l'étiquette est faite maison) car il s'agit en règle générale de les offrir. Les amateur(trice) destinataires sont toujours ravis et en redemandent !

IMGP2816Moyenne